Romain Ludovicy

L'année 2017 a été l'année des anniversaires du ‘lionisme luxembourgeois’. C'est avec fierté que l'on s'est souvenu aussi de la naissance du L.C. Doyen – le plus ancien des L.C. au Luxembourg – dont j’ai le privilège d’être le président pour l'année 2017/2018. Club de tradition, s'il en est, le L.C. Doyen a réuni pendant de nombreuses années des personnes de professions diverses pour la bonne cause.

Nous avons un grand passé.

A nous de nous tourner maintenant vers l'avenir et de profiter de toutes les opportunités que le futur nous offre pour servir notre cause. En réfléchissant au futur de notre Club, j'ai relu le discours d'intronisation du Président du L.C. International, le Dr. Naresh Aggarwal (L. magazine 7.2017) et c'est l'expression ‘The Power of We’ qui m'a incontestablement attiré le plus. Le 'We', ce sont nos membres et le 'Power', c'est la force de servir. Aider ceux et celles qui sont dans le besoin en profitant de la force que nous confère notre groupe et l'amitié qui nous lie.

Voilà pourquoi l'une de mes priorités sera de m'occuper de nos membres, de leur bien-être, de leur joie de faire partie de notre Club et de s'engager pour des projets caritatifs. Il faut aussi faire en sorte que notre Club soit intéressant pour de nouveaux membres. Rendre les effectifs plus jeunes est la clef pour rendre le Club plus attractif et attirer ces nouveaux membres. Pour cela il est indispensable de saisir les besoins changeants d'un monde qui évolue.

Nos projets et idées doivent correspondre aux attentes des jeunes qui ont, eux sûrement aussi, l'envie de faire de notre monde un monde meilleur et de trouver, en dehors de leur lieu de travail, devenu de plus en plus stressant et individualiste, dans notre Club un cadre serein où la joie et l’amitié sont de tradition.

Je suis convaincu que si nous mettons à profit les innovations technologiques de notre 21ième siècle, l’idéal lions saura séduire de nouveaux membres jeunes. Cette convivialité intergénérationnelle rajeunira le L.C. Doyen et renforcera cette ‘force de servir’ qui est la nôtre.

 

Romain Ludovicy